Produit ajouté à la liste de souhaits
Le regard unique de Fabiola Liacy De Felip

Fabiola Liacy De Felip se définit comme une photographe humaniste. Ce qui l’intéresse, c’est de saisir les émotions, de fixer l’instant. Naturellement séduite par les valeurs de la CFOC, la photographe franco-italienne, grande connaisseuse de la Chine (plus particulièrement de Hong-Kong et de Shanghai) s’est rendue l’hiver dernier dans nos ateliers de Chine pour capturer des instants uniques, des regards, des gestes.
Pour nous, son œil expert a surpris la jarre sortant du four, le moment où le verre prend forme, l’agilité des mains qui tressent l’osier de nos meubles outdoor mais aussi les expressions, les ambiances. Fabiola a parlé avec les artisans, partagé avec eux des soirées, écouté leurs récits. Ses clichés racontent l’histoire de nos collections, le chemin d’un objet entre son atelier de fabrication et sa destination finale, votre maison. Ils nous parlent aussi du travail exceptionnel que font nos artisans compagnons, de leur enthousiasme et de leur fierté.

A Yixing, avec les potiers…

« Au début, les artisans me regardaient comme une étrangère, avec une certaine réserve. Ils ont commencé à m’expliquer le process, le glaçage des céramiques, les fours. Je parle un peu mandarin, ils ont vu que j’étais là pour mettre en valeur leur travail. La connexion s’est faite ! Ils m’appelaient d’un étage à l’autre, pour que je ne manque pas une étape, que je voie l’émail couler sur les jarres… » 

A Cagzhou, avec les souffleurs de verre…

« J’ai été émerveillée lorsqu’un artisan a pris un tube de verre et à commencer à souffler. Ce qui m’a aussi enchantée, c’est le moment où il a fixé l’anse de la carafe Pakora. Il y a un côté magique, tout est fait à la main. Et voir cette carafe ensuite en magasin, finie, impeccable, c’est incroyable. »

A Foshan, avec les artisans vanniers…

« Les mains travaillaient sans relâche, si vite que je n’arrivais pas à faire des photos. Un artisan tressait une table basse tout en maintenant la structure avec son pied. Du vrai artisanat… »

Depuis sa fondation, la CFOC travaille main dans la main avec les artisans qu’elle appelle ses compagnons, comme on nomme ceux avec lesquels on voyage. Les clichés de Fabiola mettent en valeur leur travail manuel, leurs gestes ancestraux et la relation unique qui les unit à la CFOC. Le processus de création varie d’un objet à l’autre, parfois jusqu’à 18 mois. C’est une longue période d’échanges entre le bureau parisien, les fournisseurs et les ateliers. Un moment essentiel où l’artisan accepte d’être challengé, d’expérimenter de nouvelles matières, de s’aventurer dans des couleurs inédites. Ce temps d’échange n’est possible que grâce aux relations de confiance qui nous unissent à chaque atelier : des liens solides, indéfectibles ; des liens précieux que la CFOC chérit.