Produit ajouté à la liste de souhaits

LIVRAISON OFFERTE hors objets lourds, fragiles et volumineux.

Blanc
Blanc
Blanc

C’est au nord du Vietnam, dans le décor de roches et de rizières de la province de Ninh Binh (baie d’Halong terrestre), que ces serviettes en lin sont entièrement cousues à la main. Elles sont réalisées en blanc et dans un camaïeu de teintes naturelles, par des femmes initiées très tôt à l’art de la broderie. Pour les confectionner, les brodeuses de l’atelier se sont approprié la technique du patchwork coréen, appelée pojagi. Ce jeu de géométrie est un assemblage de pièces de tissus de différentes tailles et formes reliées par des joints plats ; prouesse grâce à laquelle vous ne distinguerez pas l’envers de l’endroit. Ce travail minutieux laisse apparaître de subtiles lignes graphiques, rappelant celles qui se dessinent dans la nature.

Escale

Technique de patchwork coréenne ancestrale, le pojagi est un art en soi. Il consiste à coudre ensemble des pièces de tissus, initialement vouées à envelopper ou transporter objets et cadeaux (comme le furoshiki japonais). Mais ces ouvrages peuvent également servir à couvrir un meuble, filtrer la lumière ou séparer des espaces de vie. Le pojagi est toujours réalisé de manière traditionnelle : dans l’atelier, chaque couturière réunit les pièces dont elle a besoin, à la manière d’un puzzle. L’assemblage est un geste délicat laissant s’exprimer la main de l’artisan. Ces compositions libres et irrégulières sont une source d’inspiration pour de nombreux artistes asiatiques, qui en font parfois de véritables œuvres d’art.

Valérie Mayéko Le Héno, directrice de la création

Mosaique

Serviette en lin

24,17 €

Ou payer avec

Couleur
Taille
100% secure payments
Quantité

Référence du produit 003542

Une question ? Contactez notre Service Clients

C’est au nord du Vietnam, dans le décor de roches et de rizières de la province de Ninh Binh (baie d’Halong terrestre), que ces serviettes en lin sont entièrement cousues à la main. Elles sont réalisées en blanc et dans un camaïeu de teintes naturelles, par des femmes initiées très tôt à l’art de la broderie. Pour les confectionner, les brodeuses de l’atelier se sont approprié la technique du patchwork coréen, appelée pojagi. Ce jeu de géométrie est un assemblage de pièces de tissus de différentes tailles et formes reliées par des joints plats ; prouesse grâce à laquelle vous ne distinguerez pas l’envers de l’endroit. Ce travail minutieux laisse apparaître de subtiles lignes graphiques, rappelant celles qui se dessinent dans la nature.

Escale

Technique de patchwork coréenne ancestrale, le pojagi est un art en soi. Il consiste à coudre ensemble des pièces de tissus, initialement vouées à envelopper ou transporter objets et cadeaux (comme le furoshiki japonais). Mais ces ouvrages peuvent également servir à couvrir un meuble, filtrer la lumière ou séparer des espaces de vie. Le pojagi est toujours réalisé de manière traditionnelle : dans l’atelier, chaque couturière réunit les pièces dont elle a besoin, à la manière d’un puzzle. L’assemblage est un geste délicat laissant s’exprimer la main de l’artisan. Ces compositions libres et irrégulières sont une source d’inspiration pour de nombreux artistes asiatiques, qui en font parfois de véritables œuvres d’art.

Valérie Mayéko Le Héno, directrice de la création

Pour compléter

Pour compléter

Mosaique
24,17 €